Rereb

Le projet REREB analyse et questionne la résilience de la fonction commerciale bruxelloise, les facteurs de perturbation et de crise auxquels les commerces font face, ainsi que les facteurs de vulnérabilité et de résilience. L’objectif est de co-construire avec les acteurs des stratégies et des solutions face à ces difficultés.

Le projet Resilient Retail for Brussels (REREB) est motivé par un besoin sociétal insatisfait, à savoir le manque de capacité des acteurs du commerce à s’adapter aux changements, crises et chocs, tout en assurant de manière durable la continuité de leur activité.

Le challenge : les commerçants bruxellois sont 20.000, ce sont des acteurs économiques, aux profils très variés et n’ayant pas forcément l’habitude du collectif.

Le projet REREB vise à analyser et comprendre la résilience de la fonction commerciale bruxelloise. Les questions de recherche portent sur les facteurs de perturbation et de crise auxquels les commerces doivent faire face, les mécanismes d’action de ces perturbations ainsi que sur les facteurs de vulnérabilité et de résilience au sein de la fonction commerciale. La recherche-action contribuera également à la co-création de solutions de résilience, en ce compris l’analyse du potentiel de transférabilité des innovations sociales produites.

Le projet REREB entend avoir plusieurs types d’impacts sociétaux. A l’échelle du secteur, il s’agira d’apporter des réponses nouvelles aux difficultés du commerce et améliorer la capacité des commerçants à s’adapter de manière autonome aux facteurs de perturbation. A l’échelle des quartiers commerçants, le projet contribuera à la restauration et l’amélioration des rapports économiques et sociaux. A l’échelle de la ville, la réplication des innovations sera optimisée par la proposition de solutions viables et accessibles pour tous les acteurs qui en auront l’usage.

L’Atrium Lab, en activité depuis 2015, sera le Living Lab principal du projet. Parallèlement, des Living Labs locaux, délocalisés au coeur des quartiers commerçants sont prévus. Avec les usagers, nous y confronterons les enjeux de résilience au métier de commerçant et aux cycles de vie des noyaux commerçants. Le Lab visera à quitter l’analyse macroscopique traditionnelle de l’activité commerciale pour s’intéresser aux conditions réelles d’exercice du commerçant et des relations avec les autres parties prenantes de l’écosystème commercial.