CosyFood

La logique à trois niveaux

La construction du référentiel à été un processus de co-création de presque deux ans entre les partenaires de projet, leurs producteurs et fournisseurs et leurs consommateurs.

Pour structurer la discussion, nous nous sommes servis du cadre PCI (Principes, Critères et Indicateurs).

Ce cadre suit donc une logique hiérarchique à trois niveaux :

  • Les Principes donnent le cadre général de ce qu’on entend par « durabilité d’une filière alimentaire ». Ils constituent les objectifs de durabilité à atteindre. Ils sont théoriques, mais ancrés dans les réalités quotidiennes et les valeurs des partenaires du projet CosyFood. Le caractère normatif, orienté, parfois radical du référentiel est tout à fait assumé. Il s’agit, avec le projet, de construire le socle d’une évaluation qui se veut au plus près des préoccupations des acteurs concernés.
  • Les Critères sont les conditions de respect des Principes. Ils rendent les Principes plus concrets.
    Nous avons retenus deux types de conditions de respect des principes : des performances à atteindre et des pratiques à mettre en œuvre. Ces deux types de critères permettent une autoévaluation de l’état de durabilité conjugué à une autoévaluation des pratiques concrètes mises en œuvre. Les critères de durabilité, qu’ils soient « performance » ou « pratiques » peuvent être des conditions de respect de plusieurs principes. De même, certaines pratiques permettent d’atteindre le seuil de plusieurs performances.
  • Enfin, les Indicateurs initient le passage du référentiel – à l’outil d’évaluation. Les Indicateurs sont des mesures des Critères. Là où pour chaque critère de performance, nous avons défini un seul indicateur de performance, les critères de pratique sont souvent mesurés par plusieurs indicateurs. Ensuite, pour chaque indicateur, nous avons défini des ’zones à risque’. Ces ’zones à risque’ se définissent comme des guides à l’interprétation. Trois couleurs – vert, jaune, rouge – indiquent dans quelle mesure le système ou le projet évalué s’aligne sur la vision véhiculée par le référentiel.