CosyFood

L’évaluation comparative

Les 3 filières partenaires du projet se sont autoévaluées à l’aide de l’outil commun. Des 105 indicateurs du référentiel de durabilité développé, nous en avons testé 79. Finalement, 35 ont été retenus dans le cadre de la présentation des résultats finaux fournis par l’évaluation PCI.

Des données ont été collectées (entre juillet 2017 et avril 2018) pour les d’indicateurs via des entretiens semi-directifs avec des personnes ressources au sein de chaque filière et via une enquête en ligne auprès des producteurs ou fournisseurs de chaque filière, les travailleurs de chaque entité de chaque filière et les consommateurs de chacune des trois filières.

On a fait une analyse de ces résultats selon 6 promesses de durabilité qui reviennent régulièrement au sein des alternatives alimentaires.

  • Démocratisation - la volonté d’inclure les producteurs, fournisseurs et consommateurs dans la prise de décision du système de distribution
  • Équité dans les échanges - des échanges qui se fondent sur le respect mutuel et la recherche d’une finalité commune
  • Viabilité économique et conditions de travail - un travail viable et vivable pour tous les acteurs de la filière
  • Sensibilisation - des consommateurs impliqués et conscients des impacts de leurs choix
  • Accessibilité - une alimentation sain et durable à la portée des tous
  • Développement du territoire - un système alimentaire qui fait vivre le territoire

Chaque thématique est abordée en trois temps correspondant à trois types de questions :

Questions de pratiques

Qu’est-ce que le système de distribution fait ?

Qu’est-ce que vous faites pour rendre les produits accessibles à tout type de public ?

Questions de vérification

Quel est le ressenti des parties prenantes par rapport à ces pratiques

Comment évaluez-vous l’accessibilité des produits au sein de ce système de distribution ?

Questions d’impacts

Quels sont les impacts sur les parties prenantes ?

Le profil socio-économique des consommateurs du système de distribution

Pour chaque indicateur, le score est présenté par une boule coloriée qui indique si le résultat

correspond à l’idéal mis en avant
s’approche de l’idéal proposé mais avec une bonne marge d’amélioration
s’éloigne de l’idéal



Tableau de bord évaluation comparative

Globalement, on constate que les résultats des 3 partenaires évalués sont fortement liés à leurs identités et leurs priorités. Ainsi, la sensibilisation des mangeurs et le sentiment de reconnaissance du travail des producteurs sont plus importants du côté du réseau des Gasap ou de La Vivrière que de chez Färm, alors que de son côté, Färm permet de toucher un public plus large et diversifié et d’écouler une plus grande quantité de produits locaux (en volume). Ce premier exemple permet déjà de mettre en avant la complémentarité que peuvent avoir ces systèmes, chacun agissant de manière différente et s’adressant à des besoins ou des publics différents.

Une analyse plus fine est élaboré dans le rapport d’évaluation complet.

Résultats photo1

Soulignons un point commun au 3 systèmes : trop de producteurs ou transformateurs ne gagnent pas un revenu décent (entre 29 et 48 % de ceux-ci ne gagnent pas le salaire minimum vital qui est de 1046€ par mois). Et cela, malgré la volonté des 3 systèmes de participer à des échanges commerciaux justes et équitables. Cette mauvaise surprise semble découler du fait que ces 3 initiatives s’inscrivent dans un contexte qui dépasse leur marge de manœuvre, elles-mêmes faisant partie d’un système plus global. Ainsi, si des initiatives peuvent avoir un impact sur certains aspects, afin d’avoir un impact plus important, elles gagneraient à se rassembler et se renforcer mutuellement car elles ne peuvent y parvenir en restant isolées.

Prendre conscience de ces résultats et de leur discussion, notamment dans le cadre d’une comparaison entre les 3 filières, a eu un impact sur le pilotage futur de chacun des filières.